Peintures
jc...
          contact: jc@sceno.eu
Dès mon plus jeune âge, je griffonnais avec des crayons, des bics, des craies, de la couleur sur tous les supports que je pouvais trouver:
vieux cahiers, verso d'affiches, échantillons de papier-peints, cartons, panneaux de bois.
J'ai toujours fait de la peinture en autodidacte, de façon expérimentale.
Je voulais être "peintre"!
Mais depuis mes humanités, j'étais aussi très attiré par le théâtre: j'ai notamment collaboré durant plusieurs années avec le Jeune Théâtre de l'Université Lbre de Bruxelles.
En tant que comédien,  j'y ai aussi créé et réalisé quelques décors.
En 1970, je découvre qu'il y a un atelier de scénographie à l'Ecole Nationale d'Art Visuel - La Cambre - Bruxelles, dirigé par Serge Creuz.
Je m'y inscrit et ...ma carrière de scénographe commence:  voir  www.sceno.eu

Dans les années quatre-vingt, j'ai découvert l'ordinateur à l'aube de l'informatique graphique (grâce à mon fils, qui avait 12 ans à l'époque)
- d'abord sur un AMIGA (où on ne pouvait n'utiliser que 32 couleurs simultanément !), ensuite sur un PC Commodore
avec une carte graphique VISTA  haute résolution pour l'époque ! (1024 pixels x 768 pixels, mais avec un choix parmi 16 millions de couleurs).

J'ai eu l'impression qu'un nouvel outil pour les arts visuels était né: l'ordinateur.
A l'époque, en 1988, un projet de spectacle m'a permis d'expérimenter ce nouvel outil : ("Vendredi ou les limbes du Pacifique" d'après Michel Tournier)

En 1989 j'ai exposé mes premières peintures conçues avec assistance de l'ordinateur:

"fenêtres de lumières" à La maison du Spectacle - La Bellone - Bruxelles 1989: expo_Bellone_1989.pdf

L'ordinateur est une machine-outil, une interface qui permet à certains artistes de s'exprimer.
Ces créations sont des formules numériques qui, pour être perçues par des spectateurs, ont besoin d'un support : écran - projection vidéo - photographie - impression numérique 2D ou 3D.

L'ordinateur crée un nouveau rapport entre l'artiste et sa création. L'artiste manipule une peinture virtuelle qui a toute l'apparence de la réalité,
mais n'est constituée que de lumière renvoyée vers son regard et filtrée avec des nuances infinies.

Le plaisir que j'avais de travailler la matière physiquement avec les doigts s'est transformé en un plaisir visuel de manipuler de la matière virtuelle.
J'ai l'impression de pénétrer dans ma peinture, d'être dans un monde parallèle que je modèle à mon gré en temps réel.

Pourtant mon processus de création est resté plus ou moins identique : quand je commence une peinture, je ne sais pas où je vais,
j'ai un besoin impérieux de jouer avec les couleurs, les formes, les matières, de façon tout à fait intuitive et anarchique.
A mes débuts,  j'utilisais de la peinture à l'huile, de la gouache, de l'aquarelle, de l'acrylique, j'y incorporais parfois des matières,
sciures, textiles, papiers, des collages à partir d'images de magazines, que je déchirais, transformais et repeignais ensuite.
Toutes ces opérations impulsives me permettaient petit à petit de préciser l'image floue qui émergeait en moi.

Aujourd'hui, je peins avec de la « matière virtuelle » que je crée à partir de dizaines d'images: photos personnelles numérisées, images trouvées sur  le web et/ou objets et scènes que je crée moi-même avec un logiciel d'images de synthèses.  Je les combine, déchire et malaxe (toujours virtuellement), jusqu'à obtenir des matières ou scènes primordiales qui m'interpellent.
Je commence alors à manipuler les différentes matières/formes/couleurs ainsi obtenues, les déformant, les transformant, les repeignant grâce aux outils numériques de logiciels graphiques 2D et 3D.

voir: entretien avec Jean-Claude De Bemels : "La peinture sur écran: "modeler" la lumière"  Benoît Kusters dans le Journal de réflexion sur l'informatique n°20 juin 1991

Une peinture numérique est une histoire sans fin.
C'est l'artiste qui décide de montrer telle ou telle étape aux spectateurs ou de mettre un terme à son histoire et de repartir dans une autre aventure picturale.

Depuis 2010, je me suis remis à créer à l'aide de mon ordinateur de façon plus régulière.
J'ai créé ainsi des séries de « matières à histoire » souvent à la limite de l'abstraction, mais d'où émergent de façon plus réaliste, ou surréaliste, des traces de cultures humaines, anciennes ou actuelles.
Je les nomme par séries – affleurements, résurgences, émergences,  éboulis, efflorescences, fusions, implosions, chaos, fossiles …

jc...                                                                                       contact: jc@sceno.eu

Voir les peintures numériques créées à partir de 2010


Peintures numériques animées:

Dans les années nonante, les développements fulgurants de l'informatique graphique (logiciels d'images de synthèse et de montage vidéo),

m'ont donné l'envie d'essayer de mettre cette peinture en mouvement. A partir des 49 étapes (7 cycles de 7 peintures) de la première période (de 1986 à 1990),

j'ai créé un film de peinture en mouvement où la peinture-la matière picturale virtuelle a l'air de prendre vie, de se transformer pour évoluer progressivement d'une étape à l'autre.

- "mouvance 1"

- "mouvance 2"

- "mouvance 3"

Autres peintures numériques animées:

- "regards hagards"

-"regards fécondants"

-"acariens"